No Name Photographing Society, ou le voyage suspendu

L'attrait post-exotique de la Chine comme son contraire le fantasme id¨¦ologique de sa terreur nous emp¨ºchent d'en appr¨¦cier la subtile r¨¦alit¨¦. Les photographies de Gr¨¦goire de Gaulle, dans leur protocole comparatif nous entrainent dans un contact au singulier avec la mat¨¦rialit¨¦ du pays, et la vie de ses habitants. Ses-parti-pris purement photographiques, fond¨¦s sur un format rectangulaire d'un noir et blanc argentique straight, surexposent les effets miroirs de la mise en diptyque qui façonnent les doubles pages. Dans la pliure du papier le temps semble s'¨ºtre effondr¨¦, au profit du pr¨¦sent de l'image.

Pour qui s'int¨¦resse ¨¤ la vision que les artistes chinois contemporains donnent de leur pays, impossible de ne pas voir dans le Xiamen Dada ou le Political Pop Art de purs ¨¦chos de nos civilisations qui leur permettent de s'inscrire dans le march¨¦ international de l'art. Qu'ils ont conquis. Le propos de Gr¨¦goire de Gaulle, voyageur documentaire se situe ailleurs, il semble exaucer le voeu m¨¦thodologique ¨¦nonc¨¦ par Anne Cheng, auteure d'une Histoire de la pens¨¦e chinoise (Seuil, 1997) : < Pour moi, la priorit¨¦ est de revenir ¨¤ une approche historique qui permet de ne pas partir sur des divagations sans fondement avec un risque de perte de rapport au r¨¦el>. La charge historique ¨¤ l'oeuvre dans cet album d'images se situe dans le gap temporel de trente-cinq ans pendant lesquels toutes les ¨¦volutions internes de la soci¨¦t¨¦ chinoise se sont produites modifiant aussi ses relations ¨¤ l'occident. D'autant que la premi¨¨re campagne de prise de vue correspond aux pr¨¦misses d'ouverture du pays au reste du monde.

Dans sa recherche de diff¨¦rences et de continuit¨¦s le photographe s'appuie sur des cadrages d'une r¨¦elle rigueur, op¨¦rant le plus souvent dans une distance de proximit¨¦ ¨¤ ses sujets ; il contrebalance ces vues par quelques plans g¨¦n¨¦raux qui situent le d¨¦cor de ces rencontres humaines. D'une page ¨¤ l'autre ¨¤ l'int¨¦rieur de ce livre notre regard se trouve oblig¨¦ ¨¤ des mouvements ¨¦quivalant ¨¤ des zooms avant ou arri¨¨re, comme ¨¤ des travellings arr¨ºt¨¦s. Une multitude de d¨¦tails sensoriels excitent notre imagination engageant des promenades synesth¨¦siques. Dans l'image des motifs circulaires semblent cibler des espaces du quotidien comme autant de carrefour ou de points de retrouvailles.

L'auteur vient confirmer ainsi la maintenance d'une th¨¦orie selon laquelle l'individu, dans la diversit¨¦ de la culture chinoise ne se pense pas vraiment comme sujet autonome, mais toujours ¨¤ partir d'un r¨¦seau hi¨¦rarchis¨¦ de relations d'interd¨¦pendance. Les hiatus et ¨¦chos visuels instaur¨¦s d'une image ¨¤ l'autre, d'une ¨¦poque ancienne ¨¤ notre pr¨¦sent, nuancent ces relations o¨´ singularit¨¦s et communaut¨¦s d'int¨¦r¨ºts se conjuguent. Il semble d¨¦s lors partager la vision d'Emmanuel Lincot dans ses Esquisses de Chine, Belin, 2013 : La Chine, au-del¨¤ des chiffres dont on nous abreuve sur son ¨¦conomie, sa croissance ou ses innombrables probl¨¨mes, est une soci¨¦t¨¦ o¨´ des hommes et des femmes s'ing¨¦nient ¨¤ transformer leur quotidien, ¨¤ perp¨¦tuer une histoire, une vision du monde qui est sensiblement diff¨¦rente de la n?tre et que l'on ne peut tout simplement plus ignorer.

En s'inscrivant dans une tradition de la photographie pure, celle des op¨¦rateurs promeneurs, Gr¨¦goire de Gaulle retrouve paradoxalement un autre h¨¦ritage, celui de peintres actifs d¨¨s la fin de la r¨¦volution culturelle se consacrant ¨¤ des sc¨¨nes simplement observ¨¦es dans la nature et le quotidien qui se regroup¨¨rent en 1979 sous l'intitul¨¦ No Name Painting Society. Elle connut sa version argentique cette m¨ºme ann¨¦e sous l'intitul¨¦ < Nature, Soci¨¦t¨¦ et Homme>. Dans son projet singulier Gr¨¦goire de Gaulle instaure avec ce double ensemble? une No Name Photographing Society qui nous invite ¨¤ un voyage au plus pr¨¨s du quotidien du peuple chinois d'aujourd'hui, loin de tout nouvel exotisme; ce s¨¦jour suspendu ¨¤ la force reconquise de l'image exalte une po¨¦sie aussi ¨¦vanescente mais aussi essentielle que celles id¨¦ogramm¨¦es au pinceau sur les pav¨¦s.

 

Christian Gattinoni

Christian Gatttinoni est enseignant ¨¤ l'Ecole Nationale Sup¨¦rieure de la Photographie d'Arles depuis 1989. Pratiquant ¨¦criture et photographie depuis le milieu des ann¨¦es 70 il a men¨¦ tout un cycle d'images sur la m¨¦moire de l'histoire du XX¡ã si¨¨cle ¨¤ travers l'hommage ¨¤ son p¨¨re en tant que seconde g¨¦n¨¦ration. En contrepoint la rencontre du corps du d¨¦sir reste source de vie et donne raison de se battre. Il m¨¨ne un travail de critique d'art qui s'est principalement int¨¦ress¨¦ au rapport entre photographie, autres arts et sciences humaines dont le d¨¦nominateur commun reste le corps. A l'int¨¦rieur de ce champ de recherche il s'est donn¨¦ autant d'occasions d'¨¦crire ¨¤ partir de la danse dans ses liens aux arts visuels. Il partage son temps entre la critique d'art, le commissariat d'exposition et la p¨¦dagogie de l'image.

Notes du curator :
1)Xiamen Dada : un mouvement artistique lanc¨¦ en 1986 par de jeunes artistes dont Huang Yongping comme principal meneur ¨¤ Xiamen, province de Fujian. Political Pop Art d¨¦signe la cr¨¦ation d'artistes chinois des ann¨¦es 1990 marqu¨¦e par le < Mao Complex >, dont le plus repr¨¦sentatif est Wang Guangyi qui combine des repr¨¦sentations du style r¨¦volution culturelle avec des? marques de produits de grande consommation ou de luxe comme Coca Cola et Louis Vuitton.

2)Anne Cheng, sinologue n¨¦e en 1955 ¨¤ Paris, titulaire depuis 2008 au Coll¨¨ge de France de la chaire ? Histoire intellectuelle de la Chine.

3)Emmanuel Lincot, universitaire fran?ais sp¨¦cialiste de la Chine, n¨¦ en 1970, directeur de la chaire des ¨¦tudes chinoises contemporaines de l'Institut Catholique de Paris.

4)D¨¨s la fin de la R¨¦volution Culturelle, la Soci¨¦t¨¦ des Peintres Anonymes est n¨¦e le 7 juillet 1979, puis les artistes des Etoiles d'art (Xing Xing) ont organis¨¦ leur premi¨¨re exposition le 27 septembre 1979. Mais auparavant des photographes des Rencontres du mois d'Avril (Siyue Yinghui) ont mont¨¦ la premi¨¨re exposition photographique ¨¤ P¨¦kin le premier avril 1979. Gr¨¦goire de Gaulle est arriv¨¦ un an trop t?t mais on peut voir dans ses photos de 1978 la pratique tr¨¨s r¨¦pandue des amateurs de croquis en plein air, t¨¦moin d'une soif de la libert¨¦ de cr¨¦ation ¨¤ la sortie des dix ans de R¨¦volution Culturelle.

       
 
             
Gregoire
De Gaulle
               
 
             
 
             
3 color printing
21x14cm
112 pages